Ce que j'aurais aimé savoir avant de commencer ma transition capillaire
Beauté

Ce que j’aurais aimé savoir avant de commencer ma transition capillaire

Sur Instagram, j’ai reçu quelques questions concernant les shampoings naturels et/ou solides. Un mécontentement et une déception ont été souvent exprimés envers ces shampoings, surtout lors d’un passage brusque vers le naturel.

De ma part, je me souviens parfaitement de mon expérience qui date depuis 2016. A l’époque, j’ignorais la façon dont je devais procéder afin de ne pas trop surprendre mes cheveux. Amplement chargés en silicone, ces derniers sont devenus rêches, abîmés voire même sans vie car ils étaient en manque! Après divers essaies pour les sauver, qui ont été majoritairement marqués par une série d’échecs, j’ai finalement compris qu’il s’agissait d’une transition capillaire ! Heureusement que je n’ai pas baissé les bras !

Car vous allez le remarquez. Cette phase peut être dure/très dure pour certain.e.s d’entre nous.

Mes inquiétudes ont disparu quand j’ai compris qu’il s’agissait d’une transition capillaire. Malgré tant d’erreurs commises qui m’ont fait perdre beaucoup de temps, j’ai focalisé mon attention sur les besoins de mes cheveux, les produits qu’ils tolèrent et ceux qu’ils ne tolèrent pas pour les sauver ! Car oui, comme je citerai par la suite, il y a des produits qu’il faut impérativement éviter lors de la transition capillaire (selon mon expérience).

Heureusement, j’ai gardé de cette expérience toutes les astuces qui peuvent vous aider à éviter ce chaos désespérant. J’espère alors que vous y trouverez toutes vos réponses afin de vous lancer aisément dans cette nouvelle routine qui ne demande que de la patience et qui, par la suite, ne peut qu’être bénéfique pour vous et pour notre Planète Terre.

Voici donc les points primordiaux à noter si vous aussi vous souffrez pendant la phase de transition capillaire:

Avancer doucement

Ayant compris le danger des produits conventionnels pour l’Homme ainsi que pour l’environnement, j’ai tout de suite sauté à une routine naturelle. J’ai changé brusquement mon shampoing siliconé avec un shampoing solide au ghassoul. C’était ma grande erreur !

A l’époque, mes cheveux commençaient à se détoxifier du silicone. Comme j’ai déjà dit, ils avaient l’air abîmés, très secs et frisés. Le ghassoul les rendaient davantage secs. Je les ai alourdi avec beaucoup de produits naturels en croyant qu’ils vont les aider, ce qui leur a été très étouffant. J’ai compris alors qu’il fallait avancer doucement. Pour ceci, j’ai acheté un shampoing liquide et un après-shampoing marqués avec le label BIO et dont les composants ne contenaient pas de silicone ni de sulfates.* J’ai gardé presque la même vieille routine tout en remplaçant petit à petit un produit conventionnel par un autre qui est naturel ou l’annuler complètement de ma routine.

Quand mes cheveux ont repris leurs forces (après tant de souffrance), j’ai passé au shampoing sec. Mon tout premier était celui de chez Comme Avant: Comme Avant: la marque marseillaise de cosmétiques bio et artisanaux. Il me suffisait sauf que je préfère maintenant utiliser des produits locaux. J’ai également commencé les masques aux poudres ayurvédiques et la coloration au henné, car pendant la transition capillaire mes cheveux ne les toléraient absolument pas !

* Le label BIO assure le choix d’un produit sans dérivés de pétrole, dont le silicone, mais n’assure pas l’absence des sulfates car ils sont autorisés en bio !

Connaître les besoins de tes cheveux:

Entre hydratation et nutrition, il y a divers recettes fait maison qui peuvent sauver vos cheveux.

Introduites dans des masques, les huiles végétales de qualité vierge et première pression à froid ont énormément aidé mes cheveux à reprendre leurs forces. L’huile d’avocat, de jojoba, de brocoli et de noix de coco étaient et demeurent toujours mes préférées. Parfois, je faisais seulement des bains d’huiles et je ne dépasse surtout pas 1 heure.

Pour l’hydratation, j’introduisais toujours l’un de ces produits dans mes masques: l’amidon de maïs (Maïzena), le gel de lin, le miel, le gel d’aloé vera ou le sirop d’agave.

A présent, je suis la même routine pour garder des cheveux en bonne santé. Il m’arrive souvent de sauter les masques faute de temps ou d’envie, toutefois mes cheveux demeurent en pleine vitalité et brillance. Si vous avez des boucles, le gel de lin et l’amidon de maïs vous aideront parfaitement à les définir.

L’importance de la clarification capillaire

J’ignorais complètement l’existence de cette méthode qui se fait avant, pendant et après le passage au naturel. C’est un véritable petit geste dont l’importance est grandiose !

Une fois appliquée, je me suis rendue compte à quel point mes cheveux avaient besoin de cette clarification ! Ne pas la réaliser au début de mon passage au naturel était clairement une erreur ! Maintenant, elle fait partie de ma routine capillaire comme un coup de pouce pour mes cheveux ou quand j’ai l’impression qu’ils ne profitent plus parfaitement des soins. Je la réalise presque une fois par 3 mois !

N’hésite pas à partager sur Pinterest avant de continuer ta lecture. Ceci me fera énormément plaisir 🙂

Ce que j'aurais aimé savoir avant de commencer ma transition capillaire

Lors de ma transition, je faisais la clarification avec le bicarbonate de soude car j’utilisais des shampoings liquides. Cette recette est très facile et rapide à réaliser car il suffisait d’ajouter une cuillère à café de bicarbonate à la dose du shampoing liquide et un peu de gel d’aloé vera pour l’hydratation. Une fois j’ai passé au shampoing solide, j’ai totalement changé de recette. J’utilise à présent l’argile, précisément l’argile blanche, que je mélange en quantité suffisante avec de l’eau et parfois quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre de thé ( à ne pas utiliser pour les femmes enceintes et les petits enfants). Le mélange s’applique sur le cuir chevelu et doit être étaler jusqu’au pointes. Il est préférable que le dernier rinçage soit acide ( vinaigre de cidre pour moi ) afin de fermer les écailles.

Couper les cheveux

Vu son importante, cette étape doit être réalisée au début du passage au naturel. L’erreur que j’ai commise est d’essayer de sauver les bouts abîmés et très secs de mes cheveux en appliquant des tas de masques et de bains d’huiles. Finalement et après beaucoup de temps, je me suis rendu compte qu’ils étaient des cheveux privés d’éclat et dénués de vitalité donc qui ne servent plus à rien que d’empêcher mes cheveux à s’améliorer ! C’était une réalité qui saute aux yeux mais que j’ai refusé d’accepter. J’ai coupé alors plus de 20 cm. C’était le moment où je les ai magiquement ressuscité !

Le passage au naturel est un mode de vie sain. Il a divers bienfaits pour notre corps, pour les animaux et la planète, surtout s’il est combiné avec un mode de vie zéro déchet.

J’espère que cet article vous a été utile.

Et vous, connaissez-vous déjà comment procéder avant votre transition capillaire ?
Sinon, quelles ont été vos erreurs ?

  •  
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.